Wizic.fr

Stranger to stranger

illustration
  • Artiste : Paul Simon
  • Genre : Folk rock
  • Année de sortie : 2016

Après Eric Clapton et Bob Dylan, c’est au tour d’un autre septuagénaire de signer un come-back attendu. Cinq ans après son excellent «So beautiful or so what», Paul Simon a profité d’une collaboration avec le Dj italien Clap! Clap! pour nous pondre un douzième album rempli d’influences musicales.

Une collaboration qui aura accouché de trois titres : «The werewolf», morceau qui ouvre l’album sur fond de doo-woop lancinant et expérimental ; «Street angel» élégant mélange d’avant-gardisme et de sonorités vintages, une nouvelle fois amené par des choeurs issus du doo-woop ; enfin «Wristband» dont l’intro nous rappellera forcément le célèbre «Mrs. Robinson», en duo avec Garfunkel, et sur lequel Simon nous régale de son espièglerie, même à 74 ans passé.

Une bonne humeur intacte chez un homme qui renoue avec les textes simples de ses débuts : de la critique de l’Amérique profonde («The werewolf»), à des questionnements religieux («Street angel») en passant par une (très belle) histoire d’amour («Stranger to stranger») et un étonnant hommage au joueur de base-ball Cool Papa Bell sur le titre du même nom.

Et si le manque de vélocité dans la mélodie de ce dernier morceau ne rend pas nécessairement hommage à celui qui fut considéré comme le joueur le plus rapide de l’histoire, ce douzième album de Paul Simon respire la fraîcheur à chaque instant. L’ambiance tribale de «In a parade», qui mêle percussions amérindiennes et arrangements électroniques, le rock mâtiné de blues du titre «The Riverbank» ou encore les flûtes africaines du chimérique «Proof of love» : «Stranger to stranger» réussit à tenir l’auditeur en haleine pendant la quasi-totalité de son écoute.

Co-produit par un vieux de la vieille (Roy Halee, 81 ans et qui a produit plusieurs albums du duo avec Garfunkel), «Stranger to stranger» nous enchante avec son univers musical bariolé, raffiné et guilleret. A 74 ans, Simon devient l’artiste le plus âgé à prendre la première place des charts britanniques, et renoue avec sommets du bilboard 200 aux Etats-Unis, trente ans après «Graceland». A n’en pas douter une belle preuve de longévité…

Ajouté le 27 Juin 2015 par Bibi